Partenaires Logiciels Libres : LinuxGraphic .::. NuXo .::. Generation Libre.::. QuebecOS
Bienvenue sur Logiciel Libre . Net, première ressource francophone sur l'économie du Libre.
Que cherchez-vous ?     ::     Imprimer  ::  Contact  ::  A propos de...  ::  Accueil
 




[NEWS] Linux et les logiciels libres débarquent dans l'informatique embarquée

Les éditeurs de logiciels temps réel se converstissent progressivement à Linux. Ce mouvement se fait sous l'effet de la concurrence de nouveaux acteurs (comme Montavista) mais aussi de la demande des clients. Au delà de Linux, l'industrie éprouve un intérêt de plus en plus marqué pour les logiciels libres dédiés aux applications embarquées.


Wind River : le virage vers Linux

Fin 2003 [1], Wind River officialisait son engagement dans le monde Linux. Après plusieurs années de mauvais résultats, la stratégie fondée sur les seuls logiciels propriétaires n'était plus viable. Au delà de cet exemple, un mouvement plus large en faveur de Linux a vu le jour dans le domaine de l'embarqué : LynuxWorks avec BlueCat (en plus du système d'exploitation propriétaire LynxOS), Montavista et FSMLabs (RTLinux). En terme de chiffre d'affaires, les fournisseurs Linux sont aujourd'hui classés troisièmes, derrière Wind River et Microsoft [5].

L'ouverture du code source, gage de pérennité, serait aujourd'hui souhaitée par le client, si bien que des éditeurs propriétaires comme Accelerated Technology (éditeur de Nucleus RTOS [6]) fournissent également le code source de leurs produits. Linux est aussi apprécié en tant que plate-forme validée, éprouvée et libre d'accès.

Un peu de technique : patch préemptif ou noyau auxiliaire

Diverses adaptations ont été imaginées pour rendre Linux temps réel ; Linux est en effet un système généraliste développé pour le temps partagé. Linux apparaît dès lors comme une troisième voie, parallèle aux développements internes sur mesure et aux systèmes propriétaires classiques.

Tout d'abord, un patch préemptif peut être imposé, qui améliore les temps de réponse. C'est le choix de Montavista. On parle alors de temps réel "mou". Ensuite, si on veut obtenir un vrai comportement temps réel, il est possible d'associer au noyau Linux un noyau auxiliaire qui traite les tâches prioritaires. C'est le choix opéré pour RTLinux.

A la recherche d'un modèle d'affaires (business model)

Le connaissance des modèles d'affaires (business models) du logiciel libre a bien progressé [2]. Mettre ces modèles en pratique reste cependant plus délicat. Dans le domaine de l'embarqué, le marché est intéressé par les perspectives d'économies, grâce à l'absence de licences et redevances payées au prorata des produits diffusés. Le marché a aussi besoin de support, de maintenance et d'assistance. Cependant, le coût de ces servives doit permettre la rentabilité des prestataires tout en n'excédant pas, chez les clients, les économies réalisées sur les licences et les redevances.

Sur ce marché, les éditeurs propriétaires partent avec une longueur d'avance, car ils peuvent offrir une vaste panoplie d'outils adaptés : moniteur de données temps réel, profileur dynamique, anayseur de mémoire temps réel, traceur d'exécution, etc. Ces outils sont parfois fournis par des éditeurs spécialisés, comme Real-Time Innovation chez Wind River et, depuis peu, chez Montavista.

Un intérêt plus général pour les logiciels libre dans l'informatique embarquée

Néanmoins, dans le domaine de l'outillage aussi, les logiciels libres font leur apparition ! Ainsi, plusieurs éditeurs se rallient autour de l'environnement de développement ouvert Eclipse. Il s'agit notamment des sociétés Momentics, QNX, Workbench, Wind River, DevRocket, Montavista et LynuxWorks.

L'intérêt de l'industrie pour les logiciels libres et Open Source dans le domaine de l'informatique embarquée est d'ailleurs plus global. Ainsi, nous parlions récemment de la publication d'un rapport de l'ITEA [3] (Information Technology For European Advancement) début janvier 2004. Ce rapport apportait une réflexion sur l'état d'avancement des logiciels Open Source par domaine et sur la qualité -reconnue et appréciée- des logiciels Open Source. Nous avons également porté à votre connaissance un projet INES [2], qui a conduit à la création de 6 solutions embarquées innovantes à base de logiciels libres (µCLinux, RT Linux, Debian,...). Les applications allaient de l'ordinateur de vision multi-caméra au système de diagnostic médical à distance [4].

Interview : Dr. ir. Peter Vandenabeele, CEO de Mind NV

Quels avantages présente l'utilisation de logiciels libres tels que Linux en informatique embarquée ?

Les avantages sont :

  • un contrôle complet du projet (si des bogues sont présents et demandent une réparation urgente)
  • une architecture ouverte, permettant tous les changements requis sans limitation par le vendeur (par exemple, il y a un contraste avec le modèle pour le Java embarqué de Sun ou ceux de Windows CE qui sont très stricts dans leurs règles de licence et d'implémentation)
  • pas de redevance par terminal (royalty free)
  • plus grande facilité d'adaptation à de nouveaux systèmes électroniques
  • abondance de pilotes pour les périphériques
  • disponilité d'un puissant modèle d'application et d'intergiciels (bibliothèques, serveurs d'applications basiques, etc)

Existe-t-il des outils libres équivalents aux outils propriétaires pour développer en informatique embarquée ?

Pour développer des logiciels libres sur des systèmes embarqués, il existe des outils libres, comme GNU, KDevelop et Eclipse, et des outils propriétaires édités par MetroWorks, MontaVista, TimeSys ou Sysgo.

Comment va évoluer le marché des logiciels libres pour applications embarquées ?

Pour notre activité, la personnalisation et les chaînes d'outils sont les plus importantes.
De plus en plus de terminaux seront construits sur des intergiciels et des systèmes d'exploitation libres, si bien que les sociétés de développement pourront focaliser leurs investissements sur des applications et des matériels spécifiques devant être développés. Le marché des terminaux sans fil / mobiles va s'étendre. Ces terminaux seront largement basés sur Linux, du fait de l'excellent support réseau, de la sécurité, de la flexibilité, des faibles coûts de personnalisation,...

Les réponses ont été apportées le 26 mai 2004 par courriel en anglais par le Dr. ir. Peter Vandenabeele de la société louvaniste Mind, spécialisée dans les services pour Embedded Linux et eCos.

Source :
[1] http://www.01net.com/article/240249.html
[2] http://www.logiciellibre.net/2003/news20031017.php
[3] http://www.logiciellibre.net/2004/shortnews20040424.php
[4] http://www.logiciellibre.net/2004/shortnews20040526.php
[5] http://www.01net.com/Pdf/01I200404091764010.pdf
[6] http://www.acceleratedtechnology.com/

Posté le 02 juin 2004.


[Retour aux archives 2004]   ::   [Postez un commentaire]

 

LIENS COMMERCIAUX

 

AUTRES RUBRIQUES D'INTERET

Découvrez le sommaire des archives des news de LogicielLibre.Net


© Robert Viseur @ Ecocentric.be (2003-2022)