Partenaires Logiciels Libres : LinuxGraphic .::. NuXo .::. Generation Libre
Bienvenue sur Logiciel Libre . Net, première ressource francophone sur l'économie du Libre.
Que cherchez-vous ?     ::     Imprimer  ::  Contact  ::  A propos de...  ::  Accueil
 

[NEWSLETTER : 09-2003] Du logiciel libre à l'Open Innovation

Dans un article déjà ancien, Cybersciences (magazine québécois) traitait le thème de l'essaimage des principes du Libre dans d'autres domaines que celui du logiciel.

La philosophie du Libre s'est en effet développée dans d'autres domaines, à travers différentes initiatives : Schoolforge ou Education.free (promotion des logiciels libres et des ressources éducatives libres), OpenLaw (communautés d'avocats et de non-avocats oeuvrant à développer des arguments juridiques), Electronic Frontier Foundation (licence Open Audio Licence pour la diffusion libre de pièces musicales) ou encore l'Open Cola (boisson gazeuze de Toronto sous licence GPL !).

Certains auteurs n'ont pas hésité à qualifier ce mouvement d'Open Innovation, par analogie à l'Open Source. Deux formes de création libres ne sont néanmoins pas abordées : la connaissance libre et le hardware libre. Elles feront l'objet de cette lettre d'information.

Bonne lecture !

Robert Viseur, 01 septembre 2003.

 

Vous n'êtes pas abonné à notre lettre d'information ? Cliquez ici !

 

SOMMAIRE

Editorial

Wiki késako ?

Le hardware libre : à la frontière du matériel et de l'immatériel

 

L'ARTICLE DE CYBERSCIENCES

Chartier P., Vive le logiciel libre !, Magazine Québec Science, Mai 2002.

Wiki késako ?

A l'occasion de l'interview de Wrad Cunningham, créateur en 1995 du concept de Wiki, par Journal du Net, il semblait intéressant de faire le point sur ce nouvel outil communautaire.


Créés par Wrad Cunningham en 1995...

Créés par Wrad Cunningham, les Wikis sont des sites web communautaires et collaboratifs, dont tout visiteur peut visiter les pages à tout moment. Il s'agit de l'application du bazaar, bien connu pour le logiciel, à la connaissance. Grâce à cet outil original, le Web devient un lieu de connaissance plutôt que d'information. Mais au delà de cet aspect, le Wiki fait aussi naître une nouvelle forme de communauté électronique, après les Usenet, Freenet, Napster, IRC et autres ICQ.

Historiquement, le premier Wiki, le Portland Pattern Repository, était dédié au développement de logiciels. Le nom Wiki est un diminutif de WikiWikiWeb et provient de l'hawaïen WikiWiki qui siginifie "vite". L'objectif était de créer une bibiothèque documentaire, accessible et enrichissable par tous. Pour Cunningham, au delà de la technique, ses Wikis sont un travail d'utilité publique, permettant aux visiteurs de comprendre, mieux que par les mots, quelque-chose à propos du partage et de la coopération.

Les Wikis sont parfois comparés aux weblogs : le weblog est un outil permettant l'expression d'un individu, tandis que le Wiki permet l'expression d'un groupe. La participation à un Wiki implique par ailleurs l'abandon de la paternité des articles. C'est notamment un des points important qui distingue le Wikipedia d'une autre initiative d'encyclopédie libre : le Nupedia.

Mieux connaître le Wiki... par un Wiki !

Pour savoir exactement de quoi il s'agit, quoi de mieux que d'aller voir dans l'un d'entre eux, le Wikipedia, un encyclopédie libre lui-même basé sur le principe du Wiki ?

Les Wikis fonctionnent habituellement dans un environnement de type web. Ils possèdent deux représentations : la forme de l'affichage et la forme de l'édition. L'affichage se fait habituellement en HTML, tandis que l'édition est réalisée dans un langage à balise simplifié, dont le style et la syntaxe varient d'un Wiki à un autre.

L'usage d'un langage simplifié pour l'édition est justifié par l'objectif de rapidité et pour des raisons de cohérence de style des pages générées. L'édition est parfois réalisée dans des éditeurs WYSIWYG. La richesse des instructions de formattage varie d'un Wiki à l'autre. La présentation des pages est sobre. Les Wikis sont des médias hypertextes, qui permettent une navigation non-linéaire. La création de liens se fait en utilisant une syntaxe spécifique (CamelCase, par exemple).

Le contrôle du contenu est bien évidemment un point crucial dans le fonctionnement des Wikis. Plutôt que d'empêcher d'en faire, les Wikis facilitent la correction des erreurs. Pour ce faire, les Wikis possèdent des fonctions facilitant la gestion du contenu :

  • une page affichant les derniers changements, avec des possibilités de filtrage en fonction de l'importance du changement
  • un historique des modifications
  • une fonction permettant de visualiser les différences entre deux versions

La restauration d'une version antérieure est toujours possible. Cela est utille contre les vandales (surnom donné à ceux qui effacent une page d'un Wiki) ou les introductions plus subtiles d'erreurs dans une page. Ces faits de dégradation sont néanmoins assez rares. La confiance est d'ailleurs nécessaire au fonctionnement de ce type d'initiative. Des fonctionnalités suppémentaires peuvent être apportées, comme l'ajout de privilèges pour l'édition des pages. C'est par exemple la cas pour Wikipédia.

Le contrôle des utilisateurs se fait de plusieurs manières : enregistrement nécessaire, contrôle des adresses IP, bannissement provisoire, mise en lecture-seule de la base de données en cas d'attaques répétées, etc.

Les Wikis sont pourvus de possibilités de recherches plus ou moins étendues (par titre, par mots-clef du texte complet, etc).

L'embarra du choix

Un nombre important de moteurs de Wikis existent, avec des fonctionnalités plus ou moins développées. Ils peuvent être libres ou propriétaires, gratuits ou payants. Les langages de programmation utilisés sont les plus divers : C, C++, C#, Java, Python, PHP, ASP, etc. Ils peuvent utiliser une base de données ou se contenter de fichiers textes. Les implémentations sont pour la plupart Open Source. Parmi les moteurs Wikis les plus populaires, on peut citer UseMod, TWiki, MoinMoin et le logiciel Wikipedia. Plusieurs critères permettent de les différencier comme : le codage des liens (le CamelCase est un format courant mais il n'est pas le seul), la portabilité (PhpWiki nécessite un simple hébergement PHP/MySQL), la performance (Wikleet, utilisant Templeet, est adapté aux sites à forte fréquentation), la richesse fonctionelle (TikiCMS, un des projets les plus actifs de Sourceforge, combine des fonctionnalités de groupware, de CMS et de Wiki), etc.

Des normes à la rédaction d'un roman

Les applications du Wiki sont variées. Citons les projets de documentation, les encyclopédies générales, les bases de connaissance d'entreprise ou encore la publication à usage personnel. On notera d'autres expériences originales comme la rédaction de romans en mode collaboratif ou la création de normes (le projet de norme de syndication Echo utilise ainsi un Wiki sur son site) ! Les résultats semblent en tout cas au rendez-vous : le Wikipedia anglophone compte aujourd'hui plus de 30.000 articles ; son pendant francophone, plus de 10.000 !

Et le business ?

Une activité économique se développe aujourd'hui autour du concept du Wiki. Des entreprises comme Socialtext proposent une offre packagée de produits et de services incluant le Wiki. Cunningham est lui-même consultant dans sa propre entreprise, Cunningham & Cunningham.

Sources : Karayan R., Ward Cunningham : Le Wiki représente une nouvelle façon d'apprendre, Journal du Net, 20 août 2003 / Karayan R., La révolution Wiki est en vue, Journal du Net, 11 août 2003 / Wiki ; from Wikipedia, the free encyclopedia (consulté le 20 août 2003) / Wiki, un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre (consulté le 21 août 2003) / Wiki Engines, C2.com / Wiki, Webopedia.com (consulté le 21 août 2003) / Anonyme, Wikipedia : l'encyclopédie libre, LinuxFrench.Net, 6 août 2002 / Emberton D.J., WikiWikiWeb, Builder.com, 31 mai 2001 / Bonnet R.; Communauté, technique et politique; 01Net, 23 mai 2002 / Fievet C., Echo : une alternative communautaire à la syndication de contenu, 01Net, le 18 août 2003 / Rebaud D., Donnez la parole à vos internautes avec OpenWiki, 01Net, 01 mars 2002.

Posté le 01 septembre 2003.


[Imprimez cet article seul]    ::    [Participez au forum public]
 

LIENS COMMERCIAUX

 

APPEL A CONTRIBUTION

Vous utilisez un Wiki dans votre entreprise ou vous en réalisez l'installation en entreprise ? Nous souhaitons réaliser un article sur le sujet. Vous avez participé à la gestion d'un Wiki d'importance, votre expérience nous intéresse aussi.
N'hésitez pas à nous contacter !

 

LES NEWS DU TROISIEME TRIMESTRE 2003

Jabber : du protocole ouvert à l'entreprise commerciale

Nutch, un moteur de recherche Open Source

Linux : 20% des postes de travail en 2008

Les progiciels de gestion intégrés émergent sous Linux

Linux au service du développement durable

Sun, Linux et Open Source : quelle stratégie ?

Interviews des CEO de MySQL et Lindows

Une distribution Sun pour l'automne

MS Office et Ooo fourbissent leurs armes

Des nouvelles de Mozilla

Tests Linux : un bilan contrasté mais encourageant

Fin des activités de Théridion

Le public, moteur du libre

La qualité d'Apache en deça de celle des logiciels commerciaux ?

Quelques chiffres sur le Libre

Xume : combiner Java et Open Source

Conférence CEDITI/Technofutur3 du 03 juin 2003 : troisième et dernière partie

Conférence CEDITI/Technofutur3 du 03 juin 2003 : deuxième partie

Le vote bruxellois sur le logiciel libre a du plomb dans l'aile

Conférence CEDITI/Technofutur3 du 03 juin 2003 : première partie

Conférence-débat du CETIC du 10 avril 2003 : compte-rendu du CETIC dans sa newsletter de mai

Le hardware libre : à la frontière du matériel et de l'immatériel

La création de matériel libre est particulièrement intéressant, car on se trouve ici à la frontière entre le matériel et l'immatériel. Plusieurs projets sont en cours ou ont déjà donné des résultats, parfois très convaincants.


Hardware libre ?

Le modèle de développement de l'Open Source a été transposé à la conception de petits composants informatiques. On peut alors parler d'Open Source Hardware. Le comportement de ces composants est en effet décrit à l'aide de languages tels que l'HDL ou Verilog. Ce code source peut être partagé par un groupe de développeurs, comme pour les logiciels.

Plusieurs initiatives existent (fpgacpu.org, opencollector.org, opencores.org, openhardware.net,...), ainsi que plusieurs définitions de "matériel ouvert".

Seaman (Opencollector.Org) définit par exemple un "open hardware" à partir de trois caractéristiques :

  • l'interface du matériel doit être rendue publique, de manière à rendre libre son utilisation,
  • le design du matériel doit être rendu public, de façon à permettre à des tiers de l'implémenter et d'apprendre à partir de ce design,
  • les outils utilisés pour créer le design devraient être libres, de manière à permettre à d'autres de développer et améliorer le design.

Du libre et du moins libre

A l'instar de l'OSI pour les licences Open Source, une certification Open Hardware (marque déposée) est proposée.

Remarquons néanmoins que les licences logicielles s'appliquent au code source permettant de décrire le matériel : les licences GPL, LPGL ou BSD sont donc d'application. Un matériel libre pourrait donc être défini par analogie avec le logiciel libre comme un matériel fourni avec l'autorisation pour quiconque de l'utiliser, de le copier, et de le distribuer, soit sous une forme conforme à l'original, soit avec des modifications, ou encore gratuitement ou contre un certain montant.

Toutes les initiatives ne sont pas libres. Si Open Cores privilégie l'usage des licences libres GPL, LGPL et BSD et compare sa philosophie à celle du logiciel libre, Open Hardware laisse par exemple le choix du copyright.

Ces projets portent notamment sur la réalisation :

  • de microcontrôleurs,
  • de coeurs spécifiques,
  • de petits CPUs optimisés pour de petits FPGA,
  • de processeurs pour station de travail ou matériel embarqué.

Parmi les processeurs, citons les projets LEON et F-CPU, ainsi que les processeurs picoJava et SPARC de Sun Microsystems.

LEON

Initialement développé par Jiri Gaisler pour le compte de l'ESA (European Space Agency), le processeur LEON P1754 est un modèle VHDL de proceseur 32 bits. Il comporte un jeu d'instruction compatible IEEE-1754, approuvé en 1994 et lui-même compatible avec le jeu d'instruction du SPARC v8 [SPARC est une architecture ouverte définie par le consortium SPARC].

Il atteint une fréquence supérieure 125 MHz avec une gravure 0,25 µm (près de 200 MHz avec 0,18 µm). En terme de performance brute, il atteint 0,8 dhrystone MIPS/MHz (test dhrystone 2.1). Ses performances le placent entr'un ARM9 et un ARM10, mais loin derrière un processeur x86 récent.

Ont été portés pour ce processeur : différents systèmes d'exploitation, comme eCOS et µCLinux, et le compilateur C/C++ libre GNU GCC, baptisé pour la cisconstance LECCS.

Disponible sous licence LGPL, le LEON a été porté sur FPGA et ASIC. En particulier, ATMEL Nantes a testé un prototype sur ASIC. Une version à tolérance de faute pour l'industrie spatiale (ESA), baptisée LEON FT, a également été conçue. Cette dernière réalisation illustre parfaitement une stratégie de niche : produit en très petite série, le LEON compense son prix élevé par le respect d'exigences de haut niveau.

F-CPU est un projet indépendant visant à réaliser un processeur complet (comparable au SH5/ST50). D'abord destiné aux stations de travail, l'objectif est maintenant de l'intégrer dans des systèmes embarqués tels que les PDAs. Il n'a pour l'instant jamais été fondu, l'objectif étant de simplement fournir un code VHDL fonctionnel. Il est proposé sous licence GPL.

Sun ouvre ses processeurs

Au niveau industriel, SUN Microsystems fournit depuis 1999 le noyau de son processeur picoJava ainsi que des implémentations de l'architecture SPARC. Ils sont délivrés sous licence SCSL (Sun Community Source Licence). Utilisée pour des logiciels comme Jini, la SCSL est une licence non libre ; elle permet néanmoins l'ouverture du code source sous des conditions souples.

Trois freins

Parmi les freins aux modèles de matériels libres, citons :

  • Le coût de production des designs réalisés est souvent prohibitif. Seul un important volume de production permet d'atteindre un coût unitaire raisonnable.
  • Il est difficile de trouver des logiciels de design qui soient libres et/ou gratuits, mais néanmoins fonctionnels et à jour techniquement.
  • De nombreux brevets portent sur ce type de matériel (licences Intel sur le PCI et l'USB par exemple). Les projets de matériel libre s'exposent donc à des représailles de la part des grandes sociétés commerciales.

Bientôt un PC libre ?

Des initiatives plus rares existent, pour la réalisation de composants complexes comme une carte graphique (projet Manticore par exemple). Mais on n'est loin de disposer d'un ordinateur libre !

Par ailleurs, l'ordinateur de type PC est couvert par de nombreux brevets (par exemple, les brevets sur le PCI et l'USB cités plus haut).

Un projet célèbre d'alternative au PC existe néanmoins. Il s'agit de Simputer. Simputer est une alternative au PC, portable et économique. Il est spécialement adapté aux pays du tiers monde, où l'illétrisme est important. Le Simputer est basé sur Linux. Afin d'en favoriser la diffusion, les spécifications matérielles ont été placées sous Simputer General Public Licence (SGPL), inspirée par la GPL. La commercialisation est soumise à deux autres licences (les Simputerised Device Manufacturing Licence et Simputerised Device Manufacturing Licence). La licence d'exploitation commerciale varie de $25.000 pour les pays en voie de développement à $250.000 pour les pays développés.

Sources : Gabriel R.P. & Joy W.N., ‘Sun Community Source License Principles’, Sun SCSL, 2002 / Gaisler, LEON P1754 processor, Gaisler.Com, 2003 / Horwitch M., Parikh M.A. & Ziv N., ‘Open Innovation: Transferring Lessons from Software for Modern Value Creation’, Proceedings of the CISEP Workshop on Innovation and Diffusion in the Economy, Lisbonne, Portugal, 24 janvier 2000 / Seaman G., How can hardware be open ?, Opencollector.Org, 1998 / Simputer.Org / Sparc.com.

Posté le 01 septembre 2003.


[Imprimez cet article seul]    ::    [Participez au forum public]
[Voir toutes les lettres d'informations parues]
 

LIENS COMMERCIAUX

 

APPEL A CONTRIBUTION

Vous concevez et / ou utilisez du hardware libre dans votre entreprise ? Votre expérience nous intéresse.
N'hésitez pas à nous contacter !

 

GLOSSAIRE

ASIC : Application-Specific Integrated Circuit (Circuit intégré D'application-spécifique), c'est-à-dire un circuit intégré dont la fonction est déterminée par le concepteur pour une application particulière ou un groupe d'applications.

Dhrystone : le Dhrystone est un benchmark synthétique, un type de benchmark qui calcule un nombre moyen d'opérations et de données correspondant à l'exécution d'une vaste gamme de programmes.

FPGA : les FPGA (Field Programmable Gate Array) sont des circuits programmables par l'utilisateur, produits en grande quantité, donc à faible coût et offrant une grande flexibilité des fonctions électroniques.

HDL : Hardware Description Language

MIPS : Millions of Instructions Per Second / Millions d'Instructions Par Seconde.

Verilog : langage de description matérielle utilisé pour le design d'ASICs et de FPGAs. Inspiré du C.

 

D'AUTRES DECOUVERTES...

Le film Open Source

MIT OpenCourseWare

Copyleft Attitude

OpenMeans


© Robert Viseur @ Ecocentric.be (2003-2017)