Sites amis : LinuxGraphic .::. QuebecOS .::. Jeudis du Libre (BE) .::. Rencontres Mondiales du Logiciel Libre
Bienvenue sur Logiciel Libre . Net, première ressource francophone sur l'économie du Libre.
Que cherchez-vous ?     ::     Imprimer  ::  Contact  ::  A propos de...  ::  Accueil
 




[NEWS] Linux mourra comme Unix, par fragmentation

Tel est en tout cas la prédiction faite par de traditionnels détracteurs du système d'exploitation au manchot. En réalité, aucun fournisseur (IBM, SuSE, Red Hat,...) ne souhaite cette fragmentation, d'où l'émergence de structures de coordination et de standardisation : Linux Standard Base, United Linux, Open Source Development Labs, ... Mais quid des applications émergentes (calcul intensif, stockage, etc) ?


Comment départatager des contributions concurrentes ?

A l'occasion de Solutions Linux 2004, Sillicon Graphics se vantait d'avoir contribué à l'amélioration du noyau Linux en matière de gestion des I/O, de la mémoire ou des fichiers. Quelques dizaines de minutes plus tard, Oracle annonçait le même type de contributions ! Dès lors, comment concilier les intérêts d'acteurs lourds aux objectifs technique et marketing pas obligatoirement convergents ?

Certaines contributions sont complémentaires. Ainsi, lorsque Sillicon Graphics (SGI) propose XFS (un système de fichiers capable de supporter de très gros fichiers et des taux de transfert élevés), cette contribution vient enrichir l'ensemble des systèmes de fichiers déjà disponibles sous Linux [1] : ext2, ext3, reiserfs, xfs, jfs, etc [7].

L'espoir de Sillicon Graphics -qui a patché Red Hat-, c'est que ces modifications soient intégrées au fur et à mesure par la communauté. Aux dires d'un employé de SGI : ils savent, en matière d'investissement, ce que c'est que de devoir développer leur propre système d'exploitation et ils n'ont pas envie de recommencer avec GNU/Linux ! N'étant pas membres de l'Open Source Development Labs (voir infra), SGI doit intervenir en direct. Pour le système de fichiers XFS, le code proposé a ainsi dû être modifié pour qu'il soit accepté pour le noyau Linux. La structure de gestion du projet Linux a dans ce cas bien joué son rôle.

Les structures de coordination sont importantes

Quelle que soit la nature des contributions, la plupart des grandes entreprises commerciales affirment ne pas souhaiter une fragmentation de Linux [2]. C'est pourquoi différentes structures de coordination ont été mises en places. Citons notamment :

  • Linux Standard Base - Le projet LBS vise à développer et promouvoir un ensemble de standards favorisant la comptabilité entre systèmes Linux [3, 4].
  • Open Source Development Labs - L'Open Source Development Lab est une organisation à but non lucratif. Elle sert de laboratoire pour les technologies Open Source et emploie notamment Linus Torvalds [5].
  • United Linux - Avant sa dissolution en janvier 2004 [6], United Linux était une alliance technologique entre Conectiva, Turbolinux, Suse Linux (racheté par Novell) et SCO Group.

On ne peut cependant éliminer un risque d'incompatibilités marginales et provisoires entre des distributions GNU/Linux qui incorporaient des contributions qui n'ont pas été intégrées officiellement par les équipes en charge de la gestion du projet Linux.

Des différences mineures existent depuis longtemps

Des différences existent d'ailleurs déjà entre les distributions « dominantes » comme Red Hat, Mandrake, SuSE ou Debian (thème fréquemment abordé dans des articles ou des discussions en ligne : [11, 12, 13]). Elles interviennent dans les correctifs -éventuellement non officiels- intégrés par les distributeurs (pour causes de sécurité ou de choix d'optimalisation, par exemple) ou les spécificités apportées par ces derniers (comme les systèmes de packages). Cependant, aucune entreprise ne s'éloigne trop de la tendance générale, sous peine de ne plus bénéficier des effets de réseau et du partage des coûts de développement d'une version communément acceptée du logiciel.

Aussi, malgré ces différences, on ne peut pas, à l'heure actuelle, parler de fragmentation (voir notamment [8]). La variabilité dans le produit ne semble d'ailleurs pas pénaliser les systèmes GNU/Linux au niveau commercial comme en témoigne, en 2003, l'excellent 3,2% atteint par GNU/Linux sur les postes de travail [9] ou la forte croissance des ventes de serveurs Linux [10].

Sources :
[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_de_fichiers
[2] http://solutions.journaldunet.com/0209/020912_linux.shtml
[3] http://www.linuxbase.org
[4] http://solutions.journaldunet.com/0208/020821_lsb.shtml
[5] http://www.osdl.org/about_osdl/faq.html
[6] http://www.zdnet.fr/actualites/technologie/(...)
[7] http://www.linux-france.org/article/sys/ext3fs/Benchmarks/
[8] http://www.vnunet.fr/actu/article.htm?numero=9877&(...)
[9] http://solutions.journaldunet.com/0402/040223_linux.shtml
[10] http://solutions.journaldunet.com/dossiers/(...)
[11] http://www.toolinux.com/linforum/trolls/add_troll.htm?(...)
[12] http://linuxfr.org/~ecocentric/9712.html
[13] http://membres.lycos.fr/gelenne/linux/repDMartin.html

Posté le 30 mars 2004.


[Retournez aux news]   ::   [Postez un commentaire]

 

LIENS COMMERCIAUX

 

SOMMAIRE

Evénement Technocité: ''Logiciel Libre à l'usage du service public''

Présentation de Lutèce aux RMLL

Présentation d'Admisource aux RMLL

Session sur l'économie du logiciel libre à Paris Capitale du Libre

Protégeons les standards ouverts

Les logiciels Open Source sont-ils meilleurs que les logiciels commerciaux?

Xara : un exemple récent de passage à l'Open Source

Compiere Inc. lève 6 millions de dollars de fonds capital risque

Jamendo : un futur Sourceforge de la Culture Libre ?

FreeTunes : un moteur de recherche pour l'Open Music

[Forums]
[Backends]
[Plus de news]
[Alerte si news]
[Archives des news]
[Soumettez une news]

AUTRES RUBRIQUES D'INTERET

Lisez les archives des news de LogicielLibre.Net

Découvrez les news du Net de LogicielLibre.Net

Découvrez les news des autres sites (backends) sur LogicielLibre.Net

Les sites de news dans l'annuaire de sites de LogicielLibre.Net

 

BOUTIQUE LIVRES

Free as in Freedom (en anglais)

Free as in Freedom (en anglais) (2002)

[Plus de livres]


© Robert Viseur @ Ecocentric.be (2003-2020)